Retour au Trou Gascon…Et on a eu raison !

Petit dîner de couple tranquille au Trou Gascon, le premier restaurant qu’Alain Dutournier (chef du Carré des Feuillants) a ouvert à Paris en 1973…Et c’est toujours aussi top. On y retrouve cette cuisine du Sud-Ouest qui a toujours joué la carte d’une très grande finesse, plus encore que Michel Guérard à mon sens (pourtant Dutournier a deux étoiles et Guérard trois…) Enfin là c’est un 1 étoile, et on s’en tire pour 223 euros avec deux entrées, deux plats, un dessert (qu’on nous a gentiment partagé en deux), une coupe de champagne, quatre verres de vins (bien remplis, 14 cl, ça permet de bien tenir le repas !) et un Armagnac. Côté liquides, c’est du très bon à bon rapport qualité-prix comme d’habitude (Champagne Lenoble; Blancs Cuvée Marie de Charles Hours et Viré-Clessé des Comtes Lafont, Rouges Saint Chinian Canet-Valette et Madiran Montus…On apprécie le niveau des vigneron.ne.s, mais aussi l’éclectisme des styles et des régions…) et pour finir un magnifique Bas-Armagnac d’un domaine que je ne connaissais absolument pas (ils n’ont même pas de site internet), qui s’appelle Canteloup et qui est à Cazaubon dans le Gers…Toute l’élégance des Armagnacs d’aujourd’hui et toute la gourmandise des Armagnacs d’autrefois…Toujours cette quadrature du cercle typique Dutournier.

Côté assiette, c’est parfait, gourmand, joli, équilibré, fin : délicieuse émincée de St Jacques crues sur un lit de tourteau, on s’en pourlèche les babines tellement c’est à la fois raffiné et joyeux; super pâté en croûte de gibier au foie gras, d’une finesse admirable encore une fois; du côté des plats, délicieux confit de canard (un goût éclatant, c’est vraiment rare à ce point-là, il y a du secret de famille là-dessous!) et parfait filet de biche Rossini avec une polenta à la truffe qu’on finit jusqu’à la dernière miette…Ah oui et en dessert, une version hyper gourmande de la tourtière au pruneau, avec une super glace au caramel…

Bon, si on ajoute que la salle est vraiment tranquille, que le quartier et la clientèle ne sont vraiment pas snobs (Place Daumesnil dans le XIIème, moins bling c’est difficile !) et le service à la fois hyper pro et super sympa sans du tout avoir la grosse tête…On comprend qu’on a ici une véritable pépite. Me rappelle un peu un super repas au Violon D’Ingres de Christian Constant avant qu’il ne donne entièrement son âme à la bistronomie 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s